Les aidants (1/4) – La double peine des aidants salariés

Les aidants (1/4) – La double peine des aidants salariés

Le nombre grandissant d’aidants qui occupent un emploi, en raison notamment de la prévalence accrue des maladies chroniques, a fait de la problématique des aidants une cause nationale. Portée depuis 2010 par la Journée Nationale des Aidants, initialement instaurée par Nora Berra, alors secrétaire d’Etat chargée des aînés, elle avait pour objectif initial de sensibiliser l’opinion et les décideurs sur la question des aidants des personnes âgées.

Année après année, elle a imposé dans le débat public et la conscience citoyenne le message en faveur d’une reconnaissance de l’apport et de l’engagement des aidants, encourageant la mise en place de solutions concrètes pour les soulager.

Depuis, la nécessité d’un accompagnement par les pouvoirs publics des quelque 8 millions de personnes qui, en France, assistent un proche gravement malade, se rappelle régulièrement et avec force dans la discussion sur leur place dans la société de demain.

Pourtant, la législation française tarde à prendre la mesure de ce qui est aujourd’hui un défi prioritaire des politiques publiques et les dispositions récentes, destinées à mieux répondre aux besoins des aidants en activité, demeurent en grande partie insatisfaisantes, contraignant les entreprises à mettre en place des politiques globales d’accompagnement de leurs salariés.

Au-delà du simple ajustement des conditions d’exercice à la vie privée, l’enjeu réside dans une stratégie de maintien du salarié aidant dans un processus collectif de projet d’entreprise sur lequel un projet individuel a pris le pas.

Quel compromis entre investissement professionnel et personnel ? Comment répondre à la contrainte temporelle, sans nuire à la continuité des carrières et des liens sociaux ? C’est à ces questions que nous tenterons de répondre dans ce dossier.

Pour aller plus loin :

A propos Sylvie Favier

Avec une formation initiale de linguiste et de traductrice, Sylvie Favier manifeste dès le début de sa carrière son intérêt pour le domaine scientifique. Après plus de 15 ans d’expérience de la communication en entreprise, dans de grands groupes du secteur entre autres (IMS Health, Groupe Profession Santé), elle opère en 2012 un tournant vers une activité indépendante de journaliste-rédactrice-traductrice. Elle est à l’origine de multiples réalisations éditoriales et enquêtes réalisées sur des thématiques médicales et de politique institutionnelle. Son intérêt pour la cancérologie est né au fil de rencontres et d’expériences dans son environnement personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec