Indépendants, n’être plus seuls face au cancer

Indépendants, n’être plus seuls face au cancer

Une fédération s’organise à l’initiative de CAIRE 13, structure unique en France dédiée à l’accompagnement socioprofessionnel des travailleurs non-salariés des Bouches du Rhône atteints d’un cancer, pour amorcer le développement d’associations départementales et étendre son action plus largement dans l’hexagone.

Engagée dans la protection des indépendants touchés par la maladie depuis sa création en 2014, CAIRE 13 intervient dans les trois temps de la maladie : l’annonce, le traitement et l’après-cancer.
Un réseau solidaire de professionnels bénévoles accompagne gratuitement la personne malade ou ses aidants dans les démarches administratives, juridiques et sociales dans le but de faciliter le quotidien de l’entrepreneur, d’assurer la pérennité de l’entreprise ou encore d’élaborer un projet de réorientation.
A l’appui, des partenariats avec les principaux acteurs impliqués, en particulier la Sécurité Sociale pour les Indépendants (ex RSI), Cap Emploi, la Chambre des Métiers et la Chambre de Commerce.

Un lourd impact sur l’activité professionnelle
Les indépendants présentent des caractéristiques qui compliquent la gestion de la maladie : une perte financière et un endettement immédiats, le poids financier d’une prévoyance et d’une complémentaire santé performante lorsqu’elles sont contractées à titre individuel, des structures unipersonnelles en totale autonomie. « Des conditions qui nécessitent une grande réactivité, en contradiction avec la contingence de capacité d’absorption de l’information et de mobilisation de l’énergie liée à la survenue de la maladie », explique Christine Patoux-Gavaudan, psychologue et unique salariée de CAIRE 13, en charge d’évaluer l’urgence de la situation et de constituer dans les plus courts délais une équipe d’accompagnement ad hoc.

Face à ces freins, une table ronde regroupant des représentants de l’ensemble des domaines compétents (Chambre des métiers et de l’artisanat, juristes, psychologues, chefs d’entreprises, universitaires et oncologues) a établi fin 2018 plusieurs pistes de travail, notamment la nécessité d’une information pertinente et précise dès la création d’entreprise et la négociation de moyens pour faciliter l’accès à la prévoyance (tarifs progressifs, gratuité sur une durée limitée, validité à vie).

Notons que le rapport Lecocq d’août 2018, sur la réforme du système de prévention des risques professionnels, recommande d’intégrer les indépendants dans l’offre des services de santé au travail ; il pourrait amener des évolutions législatives qui ouvriraient la réflexion à une logique nationale de soutien pour les indépendants.

Une fédération sous l’égide de CAIRE 13
Avec plus de 150 personnes accompagnées et environ 350 000 € d’aide directe ou indirecte débloquée au cours de l’année dernière, CAIRE 13 note depuis sa création une augmentation significative des demandes d’intervention à l’initiative des malades eux-mêmes (sur le conseil des centres hospitaliers des Bouches du Rhône) ou de la CMAR (Chambre des Métiers et de l’Artisanat).

Ce constat, plus un bouche à oreille en progression et l’implication du député vauclusien Jean-François Cesarini, lui-même touché par le cancer, ont conduit à la création d’une fédération, espace de réflexion collective et de plaidoyer pour porter la voix des indépendants dans les nécessaires évolutions de leur cadre professionnel et soutenir l’action associative dans d’autres départements.

Ainsi CAIRE 84 a été lancée officiellement le 5 février dernier en Avignon ; l’équipe sera opérationnelle dès le mois de mars.

A propos Sylvie Favier

Avec une formation initiale de linguiste et de traductrice, Sylvie Favier manifeste dès le début de sa carrière son intérêt pour le domaine scientifique. Après plus de 15 ans d’expérience de la communication en entreprise, dans de grands groupes du secteur entre autres (IMS Health, Groupe Profession Santé), elle opère en 2012 un tournant vers une activité indépendante de journaliste-rédactrice-traductrice. Elle est à l’origine de multiples réalisations éditoriales et enquêtes réalisées sur des thématiques médicales et de politique institutionnelle. Son intérêt pour la cancérologie est né au fil de rencontres et d’expériences dans son environnement personnel.