FREeDOM place l’e-santé au cœur du débat

La prise de décision partagée et ses enjeux constituent depuis sa création le fondement de la réflexion du think tank FREeDOM, notamment en termes  de formation et de projets de recherche. L’intérêt croissant de la communauté médicale pour la décision partagée, en même temps que l’intensification de l’usage du numérique en santé, imposent l’e-santé comme un élément central des politiques publiques. Comment utiliser les nouvelles technologies pour promouvoir la décision partagée : FREeDOM a choisi, à la faveur de l’ISDM 2017, d’ouvrir le débat à un plus grand nombre de pays.

L’atelier interactif animé par FREeDOM et coordonné par Julien Carretier a mis en présence des représentants de l’ensemble des parties prenantes (chercheurs, patients, concepteurs, institutionnels et associations d’Asie, d’Australie, d’Europe, du Canada et des USA) et des travaux engagés en France.  11 autres workshops, conduits en amont de la conférence ont abordé la transculturalité des outils d’aide à la décision partagée et les types d’action possibles pour répondre aux enjeux de la décision partagée des maladies chroniques (cancer, diabète, asthme…) ou liées au vieillissement, et en santé mentale, thématiques à fort enjeu de santé publique, tant en France que dans le monde.

Cette session a permis de clarifier et de mettre en perspective les attentes et besoins de chacun, et conclu à la nécessité d’identifier des leviers d’action – sensibilisation, information – pour concevoir des outils qualitatifs adaptés aux pratiques de collaboration interprofessionnelle et aux capacités d’utilisation des patients et professionnels de santé. L’effort sur la littératie digitale et la formation des utilisateurs sont apparus, dès lors, comme les enjeux essentiels des stratégies de développement à mettre en œuvre, dont les facteurs déterminants – obstacles et facilitateurs – seront quantifiés et retranscrits dans les résultats d’un questionnaire post workshop adressé aux participants.

Cet échange constitue sans conteste un tremplin pour l’orientation stratégique de la démarche, avec notamment le renforcement de la mise en réseau francophone déjà initiée par le groupe depuis plusieurs années et de sa mobilisation autour de projets mutualisés, homogènes et déjà évalués en francophonie (Suisse et Canada francophones par exemple). En projet également, des groupes de travail et un Internet spécifiquement dédiés au partage de bonnes pratiques éprouvées en Europe.

Enfin, l’adoption prochaine d’un nouveau nom est annoncée. A suivre !…

Pour aller plus loin :

 

A propos Sylvie Favier

Avec une formation initiale de linguiste et de traductrice, Sylvie Favier manifeste dès le début de sa carrière son intérêt pour le domaine scientifique. Après plus de 15 ans d’expérience de la communication en entreprise, dans de grands groupes du secteur entre autres (IMS Health, Groupe Profession Santé), elle opère en 2012 un tournant vers une activité indépendante de journaliste-rédactrice-traductrice. Elle est à l’origine de multiples réalisations éditoriales et enquêtes réalisées sur des thématiques médicales et de politique institutionnelle. Son intérêt pour la cancérologie est né au fil de rencontres et d’expériences dans son environnement personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec