La campagne « 1 fois par an » de l’association Imagyn primée au festival de la communication santé

La campagne « 1 fois par an » de l’association Imagyn primée au festival de la communication santé

Fin janvier, l’association IMAGYN, a reçu le Prix Or du festival de la communication santé dans la catégorie prix de la communication association pour ses actions de communication de 2018 qui sensibilisent les femmes à l’importance d’une consultation gynécologique annuelle.

L’association IMAGYN, pour Initiatives des Malades Atteintes de Cancers Gynécologiques, a été fondée en 2014 par un groupe de femmes sur le constat de l’absence d’association sur les cancers gynécologiques. « La femme a plusieurs étages, explique sa présidente, Brigitte Massicault. On considère toujours le premier étage (les seins) et pas assez le rez-de-chaussée (les organes gynécologiques) » !

En lien avec le paysage associatif
IMAGYN a pour objectif de sensibiliser, partager, soutenir, informer les patientes, leur famille, leurs proches et toute personne concernée par tous les aspects des maladies gynécologiques et aider à faire avancer la Recherche.

L’équipe d’IMAGYN n’agit pour autant pas en vase clos. Elle est en lien notamment avec Europa Donna, « qui nous ont beaucoup inspirés, » mais aussi Rose Association BRCA France, car le gêne BRCA est aussi impliqué dans les cancers gynécologiques.

Prévenir les cancers gynéco
Quel est le point commun entre le hérisson, le pompon ou l’abricot ? Ce sont une partie -parmi les plus softs- des façons de nommer le sexe féminin dans la vidéo « les petits mots », diffusée par IMAGYN en 2018. Cette litanie, proclamée par des actrices, animatrices ou humoristes, vise à inciter les femmes à consulter une fois par an un gynécologue, un médecin traitant ou une sage-femme pour aider à prévenir les risques de cancer gynécologique. Elle est doublée d’une autre vidéo ou le leitmotiv de « une fois par an » est répété par ces mêmes femmes, qui ont participé bénévolement.

Primée au festival de la communication santé
Cette campagne a été diffusée sur Internet, à la télévision et au cinéma. Les vidéos sont toujours accessibles sur les réseaux sociaux. Selon l’association, elles totalisent environs 3 millions de vue. Offerte par Havas et BigProduction cette opération a reçu, fin janvier, le Prix Or, du festival de la communication santé dans la catégorie prix de la communication association.

Le prix récompensait l’ensemble des actions de l’action de communication de l’association, y compris celle sur le bullet journal. Réalisée avec le laboratoire PharmaMar, l’AFSOS, et Comm Santé, ce carnet de bord accompagne les malades au quotidien, explique la maladie, donne des conseils, facilite les rappels et la prise de note.

Agir avec les institutions
« Il est important de sensibiliser car les signes précurseurs de la maladie sont très discrets. » Il y a donc souvent un grand retard de diagnostic, alors que « les traitements actuels sont plutôt efficaces quand la maladie est prise à temps ».

En 2018, l’association a participé à la dynamique qui a abouti à la généralisation du dépistage du cancer du col. Fort de l’agrément qu’elle vient d’obtenir (JO du 25/01/19), elle saisit un autre cheval de bataille : la généralisation de la vaccination anti-HPV pour les filles comme les garçons.

A propos Damien Dubois

Damien Dubois est journaliste et spécialiste de la communication en santé. Dans son activité en indépendant, il défend les droits des personnes atteintes de cancer ou de maladies chroniques et relaie leur parole, notamment dans le cadre de Cancer Contribution. Suite aux Etats-Généraux des malades atteints de cancer de 1998, avec d’autres jeunes adultes touchés par la maladie, il crée Jeunes Solidarité Cancer, première association portant la parole des adolescents et jeunes adultes concernés par le cancer et prônant une prise en charge spécifique de cette tranche d’âge intermédiaire. En 2016, il crée avec d’autres acteurs de la cancérologie, une plateforme Internet, conçue comme une boîte à outils pour aider les associations à aider les malades.