Les données de vraie vie

La recherche scientifique se base principalement sur des essais cliniques randomisés qui comparent le bénéfice ajouté d’un nouveau traitement par rapport au traitement de référence. On appelle cela l’ASMR, pour Amélioration du Service Médical Rendu. Ce standard a fait ses preuves mais il a ses limites.

En effet, la généralisation des résultats d’un essai peut être mise en question par exemple si des sous-groupes sont mal représentés (personnes âgées, poly-pathologie…). De plus, de nombreux facteurs ne sont pas toujours pris en compte comme la qualité de vie, le handicap, la satisfaction et surtout l’aspect médico-économique est sous-analysé. Pourtant, ces facteurs peuvent avoir un impact sur les résultats de l’essai et donc sur l’optimisation de l’efficacité d’un nouveau traitement.

Ces « données de vraie vie » sont classées par l’ISPOR[i] en trois groupes :

  • Les données cliniques,
  • Les données économiques,
  • Les données patients : qualité de vie, performance dans un environnement…

Elles sont surtout utilisées pour évaluer les produits de santé après leur mise sur le marché, (réévaluations économiques, de bon usage, de tolérance…). En cancérologie, face à l’hétérogénéité des cas, il s’agit aussi d’avoir la cible la plus précise possible pour un traitement. Est-ce également un pas de plus vers la médecine personnalisée dans le sens où elle s’intéresse à la personne dans sa globalité et sa complexité ? On peut l’espérer.

[i] International Society for Pharmacoeconomics and Outcomes Research.

A propos Damien Dubois

Damien Dubois est journaliste et spécialiste de la communication en santé. Dans son activité en indépendant, il défend les droits des personnes atteintes de cancer ou de maladies chroniques et relaie leur parole, notamment dans le cadre de Cancer Contribution. Suite aux Etats-Généraux des malades atteints de cancer de 1998, avec d’autres jeunes adultes touchés par la maladie, il crée Jeunes Solidarité Cancer, première association portant la parole des adolescents et jeunes adultes concernés par le cancer et prônant une prise en charge spécifique de cette tranche d’âge intermédiaire. En 2016, il crée avec d’autres acteurs de la cancérologie, une plateforme Internet, conçue comme une boîte à outils pour aider les associations à aider les malades.

Commentaires (1)

  1. Ping de retour : Recherche et vie réelle | Aider à Aider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec