L’oncogénomique, la voie du futur dans le traitement des cancers

L’oncogénomique, la voie du futur dans le traitement des cancers

Les 29 et 30 juin derniers, s’est tenu à Paris le 4ème Congrès de La Société française de médecine prédictive et personnalisée (SFMPP) sur le thème « Sommes-nous prêts pour une médecine personnalisée ? »

Cette société savante s’attache à démontrer l’intérêt des tests génétiques prédictifs pour une prise en charge spécifique et adaptée à chaque patient, notamment dans le domaine de l’oncologie. Cette médecine personnalisée, rendue possible grâce à des avancées récentes majeures (après les immunothérapies, la promesse des celluled Car-T), appelle une réflexion, au-delà des perspectives médicales, sur l’utilisation des données du génome.

Les nouveaux outils de la médecine 4P – personnalisée, préventive, prédictive et participative – sont au cœur du sujet : le séquençage haut/très haut débit, les biomarqueurs, permettent de déterminer les meilleures options thérapeutiques en fonction des caractéristiques biologiques et génétiques de chacun. Les thérapies ciblées, destinées à un nombre restreint de patients, modifient le mode de développement des nouvelles molécules et traduisent la porosité croissante entre recherche et exercice clinique.

Le champ qui s’ouvre est immense ; avec des conséquences économiques mal évaluées, c’est une transformation d’ensemble de notre système de santé qui se profile, et interroge le cadre classique de l’éthique biomédicale.

Retour sur quelques-unes des questions marquantes soulevées lors de ce congrès : la place de l’oncogénomique dans les pathologies tumorales, les signatures génomiques dans la prévention tertiaire, l’extension du dépistage (tests de prédispositions) à tous les cancers du sein, l’utilisation des données d’analyse génétiques « secondaires ».

A propos Sylvie Favier

Avec une formation initiale de linguiste et de traductrice, Sylvie Favier manifeste dès le début de sa carrière son intérêt pour le domaine scientifique. Après plus de 15 ans d’expérience de la communication en entreprise, dans de grands groupes du secteur entre autres (IMS Health, Groupe Profession Santé), elle opère en 2012 un tournant vers une activité indépendante de journaliste-rédactrice-traductrice. Elle est à l’origine de multiples réalisations éditoriales et enquêtes réalisées sur des thématiques médicales et de politique institutionnelle. Son intérêt pour la cancérologie est né au fil de rencontres et d’expériences dans son environnement personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec