Une campagne contre les cancers gynécologiques

Les cancers gynécologiques (ovaire, endomètre, utérus) demeurent tabous et mal connus du grand public. Un bilan alarmant qui cache la gravité de ces cancers et les milliers de femmes de tous âges touchées chaque année.

Alors que la mise en œuvre d’un troisième programme de dépistage organisé a été initiée pour le cancer du col de l’utérus, par frottis à réaliser dès l’âge de 14 ans, en fonction du début de la vie sexuelle, le constat reste inquiétant : les femmes ne se soumettent pas régulièrement à un suivi gynécologique et ressentent de la honte à en parler.

S’attaquant de plein fouet au sujet, l’association Imagyn a diffusé, à l’occasion de la Journée Mondiale du Cancer de l’Ovaire et avec le concours de plusieurs personnalités, un message incitatif au travers d’un spot qui a fait le tour de l’hexagone :

Derrière l’humour et la légèreté, un but ultime : amener les femmes à (re)connaître les signes précurseurs auxquels aucune patiente n’échappe et à en parler.

Largement relayée par la télévision, les cinémas, la presse écrite et les réseaux sociaux, la campagne ne pouvait espérer plus forte audience et commence déjà à porter ses fruits.

A propos Sylvie Favier

Avec une formation initiale de linguiste et de traductrice, Sylvie Favier manifeste dès le début de sa carrière son intérêt pour le domaine scientifique. Après plus de 15 ans d’expérience de la communication en entreprise, dans de grands groupes du secteur entre autres (IMS Health, Groupe Profession Santé), elle opère en 2012 un tournant vers une activité indépendante de journaliste-rédactrice-traductrice. Elle est à l’origine de multiples réalisations éditoriales et enquêtes réalisées sur des thématiques médicales et de politique institutionnelle. Son intérêt pour la cancérologie est né au fil de rencontres et d’expériences dans son environnement personnel.